Partagez | 
 

 [RP] Shinsengumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Méchantloup

avatar

Capricorne Chèvre
Messages : 553
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 26
Localisation : entre le paradis et l'enfer

MessageSujet: [RP] Shinsengumi   Sam 13 Oct - 20:43

[HRP] avant de commencer je tient à dire plusieurs choses:

1) cela fait un petit moment que je n'ai pas écrit de RP
2) le RP est une fiction il y aura donc beaucoup d'incohérences historiques avec Seijin Shiki par exemple toutefois j'essaierais de respecter les cultures et les contextes historiques mais ne m'embêtez pas avec les incohérence historique que vous croisez je sait qu'elles existent pas merci ^^
3) voila en espérant convenir à vos attentes ^^ [HRP]


Chapitre 1: La naissance

Nous sommes le deuxième lundi de janvier 1365 sous l'ère MuroMachi, six ans avant les intrigues qui ronge la chine, au japon le deuxième lundi de janvier est fêté Seijin No Hi.

Vous l'aurez certainement compris, c'est ce jour-ci que Seijin est né. Son nom fut en hommage à la fête qui l’a vu naître.

Seijin est le fils d'un ronin vétéran de la guerre civile de l'ère Kemmu. Le père pécheur à ses heures perdues rencontra une paysanne chinoise suite à un accident de pêche non loin des terres du Jianghu, et oui Seijin était le fruit d'une union qui soulevait des litiges. Malheureusement, il ne le savait pas encore mais, il était condamné à devenir lui aussi un rônin.

Chapitre 2: la Rencontre avec le Shinsengumi

Très tôt, Seijin voulut suivre la voie du sabre comme son père, toutefois celui ci ne pouvait lui enseigner car il pêchait tous les jours pour nourrir sa famille. Et personne ne voulait des services d'un rônin en temps de paix alors d'un rônin marié avec une chinoise, n'en parlons pas.

Sa mère ? tient, parlons en. Malgré toutes la xénophobie japonaise et la haine notoire entre japonais et chinois, les villageois furent obligés de reconnaître les multiples talents de la mère : bonne couturière, herboriste avec de bonne connaissances en agriculture. Même si les japonais prenaient soin à éviter de faire appel à ses services, ils finissaient toujours par céder devant la qualité des habits qu'elle proposait et ces connaissances en herbologie qui ont permis à plus d'un de se soigner voir d'échapper à la mort. C'est ainsi que le père et la mère se complétaient tout en possédant un potager pour les mois rudes.

Seijin, à l'âge de six ans, chercha à se faire enseigner l’art du sabre mais aucun dojo ne voulait d'une engeance étrangère même si elle possède du sang japonais. De toute façon, d’après eux, le sang japonais en cet enfant était souillé par le sang chinois leurs pires ennemis de toujours.

Ce fût ainsi jusqu'à l'âge de 8 ans jusqu’au jour où Seijin perdit sa mère, morte de la tuberculose. Les villageois avaient refusé de lui apporter les soins nécessaires. Son père, déçu et usé, savait qu'il ne pourrait pas longtemps continuer à pêcher pour nourrir son fils. Il décida alors de changer de village avec ce dernier pour recommencer à zéro.

Son père avait entendu parler d'une nouvelle organisation formée par le bakufu et constituée de rônin qui doivent éliminer les dernières poches de résistance de l'ancien régime kemmu et des bandits cachés et dispersés dans l'archipel et les îles provinciales japonaise. C'est ainsi que Seijin rencontra le Shinsengumi.

Chapitre 3: L'orphelin

Désormais, Seijin commença son entrainement au sabre au Shinsengumi qui refusèrent de l'enrôler à cause de son jeune âge mais ils acceptèrent de le former jusqu'à l'âge où il serait capable de les rejoindre.

Quant à son père, il refusa de rejoindre le Shinsengumi, il trouvait les règles bien trop strictes et s'était habitué à sa vie de rônin paisible. Néanmoins, se savant vieillissant, il décida de retrouver des lettres de noblesse auprès du daïmyos local. Ce dernier lui proposa donc une mission, le père accepta mais demanda à ce qu'on donne la prime à son fils s’il venait à mourir au cours de la mission.

Comme s'il sentait sa mort venir, le père de Seijin décida de lui raconter l'histoire de la rencontre avec sa mère. Il lui expliqua que cette dernière l'avait soigné de ses blessures suite à un accident de pêche peu après la fin de la guerre. A cette époque là, elle avait 16 ans et lui 22 ans, mais ceci n'était que l'histoire courte. Le père de Seijin était tombé amoureux de la belle chinoise et avait refusé de partir avant d'avoir réglé sa dette de vie.

C'est ainsi que le père de Seijin passa deux ans en chine avant de pouvoir régler sa dette, ce qui laissa à madame le temps de tomber sous le charme, il va sans dire. La mère de Seijin avait un père qui maîtrisait les arts martiaux et un petit frère qui était en train de les apprendre. Bien entendu, le père de Seijin ne manqua pas de lui apprendre l'art du sabre japonais. Tout allait bien jusqu'au jour où le grand père maternel de Seijin (donc le père de la mère de Seijin pour ceux qui seraient perdus) revint blessés d'un combat contre dix bandits qui le poursuivaient. C'est ainsi que le jeune rônin régla sa dette de vie en terrassant les dix bandits à l’aide de sa grande maîtrise du katana. Suite à cela il retourna au japon avec sa conquête, la belle dulcinée chinoise. Toutefois le grand père de Seijin ayant eu des doutes sur l'avenir du couple leur donna un objet si jamais eux ou leurs fils souhaité retournaient en chine.

C'est ainsi que notre rônin heureux et sur de lui rentra au japon, mais sa surprise fut grande quand on lui refusa les honneurs dus aux faits d'armes en guerre, et on lui demanda beaucoup de biens en échange du droit de vie de sa dulcinée. Ruinés et déçus, le père et la mère se jurèrent de retourner vivre leur amour en chine. Néanmoins, les voyages coûtaient cher à l'époque, c'est ainsi que le couple décida de se poser et d'économiser, puis vint la naissance de Seijin. Dix ans après leur mariage, il révéla à son fils que si sa mère avait vécu au moins deux ans de plus ils auraient pu partir en chine.

Après avoir donné l'objet du récit à Seijin et lui avoir parlé de la région de chine où se situent le maître chinois et son fils, le père partit en mission, comme il l'avait prédit, il mourut sur le champs d'honneur.

Seijin toucha donc la prime de son père. N'ayant plus de famille, le Shinsengumi le prit sous son aile et c'est ainsi qu'une vie dure commença pour Seijin entre l'entrainement au matin et le métier de page pour assurer sa place au Shinsengumi.

Chapitre 4: Le Voyage

Seijin a maintenant 14ans, en chine la guerre civile fait rage suite aux intrigues de 1371.
Il n'est pas assez âgé pour rejoindre les loups de mibu mais pourtant ces derniers partent en guerre contre les derniers opposants politiques à l'ère de MuroMachi, nombreux et constitué d'ancien partisans Kemmu.

Seijin n'avait donc plus d'instructeur pour le former au sabre, il décida donc de rendre visite au maître chinois et son fils dont son père lui parler…
Le voila parti pour un voyage de deux jours vers la chine, mais rien ne passe jamais comme il faut pour Seijin. Une fois arrivé il fut complètement perdu dans ce pays inconnu pour lui.

Après de multiples informations et recherches obtenues par de multiples bagarres, malgré l'apprentissage de la langue par sa mère, son fort accent japonais ne gagnait guère la sympathie chinoise, il comprit rapidement ce qui le sauvait c'est qu'il paraissait important à cause de son uniforme du Shinsengumi qu'il refuser d'enlever et le fait qui parlait chinois. Ils le prenaient tous pour un haut dignitaire japonais et faire la guerre au japon à l'heure de la guerre civile était une mauvaise idée.

Seijin, s'approchant de son but, fut pris dans une bagarre avec quatres bandits qui étaient initiés aux arts martiaux mais il fut sauvé par un maître chinois.

Le destin voulut que le maître qu'il rencontra ne fut autre que le frère de sa mère.
Le maître demanda en japonais: « qui est tu?? ». Seijin surpris répondit: « je suis le fils d'un rônin, je suis à la recherche du maitre Tianxhu ». Le maître reconnu l'objet à la ceinture de Seijin. Il repondit : maître Tianxhu est mort… je suis son fils et je reconnait l'objet qu'on vous avait donné, je suppose que si tu est seul, n’est ce pas ? Ma sœur et ton père sont morts alors… quelle tristesse… ». Le maître essuya une larme qui coula le long de sa joue.

Chapitre 5: L'enseignement

Le maître chinois semblait maitriser un style étrange, un mélange d'art martiaux chinois mais Seijin reconnu beaucoup de kata, de l'art du maniement du sabre japonais.

Seijin resta trois ans auprès du maître. Il y apprit beaucoup. Mieux, il découvrait le QingQong. Il croyait que c'était une vieille légende pour parler des combats héroïque entre grande figure japonaise ou chinoise.

Après ces trois ans en chine, Seijin avait maintenant 17ans. Il se savait désormais assez âgé pour grossir les rangs de sa famille, le Shinsengumi. Il retourna au japon sans savoir ce qu'il allait y apprendre.

Chapitre 6: La chute du Shinsengumi et l'exil
A) la Chute

Seijin, revenu au japon, apprend que la révolte à été matée, toutefois afin de s'approprier la victoire un daimyos avide de pouvoir calomnia le Shinsengumi en faisant croire que ces derniers avaient rejoint le banditisme et la rébellion.

C'est ainsi que la belle culture japonaise fit encore massacrer des innocents car personne n'aimait les rônins du Shinsengumi pour la simple raison qu'ils étaient des rônins (et oui être un rônin c'est mal vu). C'est ainsi que le Shinsengumi fut en grande partie massacré par l'armée du nouveau Bakufu.

Seijin, désespéré de ne pouvoir enfin rejoindre sa famille, décide de venger le Shinsengumi avec les quelques rares survivants.

Ils profitèrent d'une nuit sans lune pour assaillir la demeure du daimyos corrompu.
Seijin profita de ces nouvelles connaissances en QingQong pour faire traverser la muraille aux membres.

b) l'exil:

A l'intérieur du fort, ce fut le massacre. Les rônins enragés affrontèrent les soldats en surnombres et entrainés de la garde personnelle du daimyos. Seijin sentant la défaite arriver, chargea tête baissée avec un petit détachement la chambre du daimyos après avoir massacré les soldats présents. Seijin s'occupa personnellement de décapiter le daimyos. Bien qu'il n'avait aucun pouvoir sur les autres membres du Shinsengumi, Seijin ordonna la retraite. Alors que certains le suivirent, la plus grandes partie semblait vouloir mourir dans l'honneur sur le champs de bataille.

Après la bataille, il ne restait plus grand monde. Seijin proposa sagement de s'exiler en chine, après tout, le sang du daimyos avait coulé, la vengeance était honorée. Faire couler plus de sang était stupide mais la plupart des anciens membres et les instructeurs préféraient se faire seppuku selon la règle du Shinsengumi. Et c'est ainsi qu'il ne resta qu'une division de jeunes recrues et Seijin.

Maintenant il fallait fuir et rejoindre la côte fut une escapade risquée. Six des membres furent mort avant d'avoir pu atteindre le bateau du salut.

Les derniers survivants et Seijin embarquèrent dans un bateau qu'ils ont volé un jour avant que l'armée qui les poursuivait les rattrape. Beaucoup de jeunes recrues ne supporteront pas le voyage, certains étaient atteints de tuberculose avant de monter sur le navire.

Chapitre 7: Le sabre brisé et la mort du maître

Seijin de retour en chine avec deux autres survivants se débrouilla pour rejoindre le maître chinois afin d'avoir un bon point de départ pour reconstituer le Shinsengumi en chine.

Lui et ses compères furent attaqué par une bande de vingt bandits, trop novices pour survivre les derniers membres du Shinsengumi moururent dans le combat. Quant à Seijin, son sabre fut brisé pendant le combat, il se fit sauver de justesse par le fils de Tianxhu qui passait par là.

Seijin mit plusieurs semaines à récupérer de ses blessures suite aux combats avec les bandits.

Seijin continua à apprendre du maître chinois, celui ci lui conseilla de rejoindre l'école du Wudang et c'est là qu'il avait accompli sa formation quand son grand père est mort.

Un beau jour, le maître est parti relever un duel avec un autre maître des arts martiaux.
Le maître lui dit: « Surtout ne prend pas part à la politique sinon voila ce que tu seras obligé de faire, moi je n'aime pas la politique mais je suis contraint d'affronter cet adversaire. Il est trop dangereux pour mon pays. ». Seijin insista pour venir assister au duel mais le maître refusa.

Ce fût la dernière fois que Seijin vu le maître. Il apprit plusieurs jours après qu'il s'était fait tuer par son adversaire qui lui, n'a pas hésité à faire appel à son disciple.

Chapitre 8: Résurrection

Seijin décida de reformer le Shinsengumi avec les fonds du maître et les fonds qu'il avait pu emmener du japon. Seijin réussit à s'acheter un dojo miteux et en mauvais état.

Il rencontra Mulan qui, passionné par son histoire, décida de l'aider à améliorer son Dojo. C'est ainsi qu'à deux, ils améliorèrent le dojo de façon singulière bien entendu, il ne fut pas encore parfait mais il intéressa de nouveaux membres.

C'est ainsi que de nouveaux membres dont Seijin ignorait totalement l'histoire débarquaient. Chinois, japonais, étrangers, Seijin avait décidé de tous les accepter. Il connaissait trop les dangers de la fermeture d'esprits. Seijin regardait ces nouveaux membres en ce demandant s'il s'agissait d'anciens membres du Shinsengumi : des personnes motivées par un idéal de justice ou bien tout simplement des tueurs excités par l'idée de pouvoir tuer dans la légalité ??

Seijin devait maintenant rejoindre l'école du Wudang et s’améliorer pour son organisation et l'aider à se faire une place dans le jianghu mais ça, c'est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsengumiaow.forumgratuit.org
 
[RP] Shinsengumi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hakuouki Shinsengumi Kitan
» [ANIME] Hakuouki Shinsengumi Kitan
» Hakuouki Shinsengumi Kitan
» Hakuouki Shinsengumi Kitan
» Gintama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinsengumi :: Section RP-
Sauter vers: